La délégation mixte composée des ministères des finances, du développement rural et des experts de la Banque mondiale s’est rendue, le dimanche 19 Juin 2022, à Tshibombo, dans le secteur de Mulenda, territoire de Lupatapata province du Kasaï Oriental pour s’inspirer de l’expérience avérée du Projet PRISE dans les milieux ruraux.

Conduite par le coordonnateur national du projet PRISE (Projet de renforcement des infrastructures socio-économiques dans la zone centre de la RDC) L’ingénieur civil et hydraulicien, spécialiste en eau potable et assainissement Déo Nsunzu, la délégation a visité le site où sont construits les ouvrages réalisés dans le cadre du volet adduction en eau potable dans la zone centre de la RDC

Première étape, la visite du château d’eau de Tshibombo. Ici, un ouvrage qui dessert plus de 20 milles habitants. Il y’a également sur ce site, la station de pompage. Des explications confirmées par le chargé de mission de contrôle, ce réseau d’adduction peut atteindre 7 kilomètres et couvre plus de 8 groupements du territoire de Lupatapata et des branchements particuliers, des borne-fontaines.

Deuxième étape, la visite du marché moderne de Tshibombo construit juste à côté du château d’eau de Tshibombo, cet espace a vivre compte   4 pavillons, il dispose  des latrines, du moulin et d’un abattoir des réalisations qui bénéficient du financement de la Banque Africaine de Développement BAD.

Pour le lundi 20 juin, La visite a commencé par le siège de la Regideso, situé dans la commune de la Muya. Ici, deux châteaux d’eau sont en train d’être construits. Les travaux avancent normalement, assure l’ingénieur de cet ouvrage. Venus apprendre de l’expérience de PRISE au Kasaï oriental, les délégués de la Banque mondiale ont admiré les travaux qui s’effectuent sur ce site

La délégation s’est alors rendue dans la commune rurale du territoire de Tshilenge, situé à plus de 20 kilomètres de la ville de Mbujimayi. Avant d’entamer la visite de différents ouvrages réalisés dans le cadre du Projet de renforcement des infrastructures socio-économiques (PRISE), cette délégation a été d’abord reçue par l’administrateur du territoire de Tshilenge, Mme Liliane Mujinga.

D’après Liliane Mujinga, les échanges ont porté essentiellement sur les ouvrages que PRISE est en train de réaliser. Elle a tout de même reconnu la qualité des travaux réalisés sur place.

« PRISE a réalisé les travaux d’une importante qualité. Qui sont des ouvrages qui ont marqué mon entité et son développement. Ce sont des ouvrages qui servent à la communauté de base dans tous les secteurs de la vie. Nous avons les secteurs de la santé, de l’eau, de l’assainissement et de l’enseignement où PRISE a construit des écoles, des ouvrages construits en matériaux durables », indique Liliane Mujinga.

Au chapitre des visites, le Coordonnateur National a fait visiter à la délégation le site où est érigé le château d’eau à Tshilenge. Dont les travaux ont commencé en 2021 et seront bientôt achevés, assure le chargé de mission de contrôle. Si l’ouvrage est terminé, il bénéficiera à près de 200 milles habitants en raison de 26 bornes fontaines à installer à différents endroits dans la commune rurale.

Ensuite, un centre de santé et une école, construits depuis deux ans par le projet PRISE, ont été également visités. Il s’agit notamment du centre de santé Cibumba et de l’école primaire Kabikonyi.

« C’est bien de construire un centre de santé ou une école. Mais c’est le problème d’eau. L’eau n’est pas là. Elle n’est pas connectée. Il faut instituer l’habitude pour laver les mains. Puisqu’il n’y a pas vraiment de dispositifs pour faire ça. Il y aussi un problème de maintenance pour les toilettes. Mais je pense que c’est difficile pour l’école de faire la maintenance », assure Suzanne Smets, experte de la Banque mondiale après s’être rendue dans les deux infrastructures.

De son côté, le Coordonnateur National du projet PRISE, explique que cette mission s’inscrit dans le cadre de voir ce qui a été fait dans le cadre du projet PRISE. « Mais aujourd’hui, nous insistons aujourd’hui sur la pérennisation de ces ouvrages », déclare-t-il, soulignant l’importance de connecter les écoles et centres de santé de cette entité aux travaux d’adduction en eau potable.

« Ces ouvrages normalement, par rapport au projet PRISE, vous savez bien qu’il est prévu des connexions aux points d’eau. Il est nécessaire aujourd’hui avec les travaux d’adduction en eau potable qui sont en train d’être achevés pour que nous puissions connecter toutes ces écoles et les centres de santé », affirme-t-il.

Dans la région du Grand Kasaï, la Banque mondiale va, sur la demande du gouvernement, investir 400 millions de dollars américains dans un nouveau projet dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Ceci explique la présence des experts de la Banque mondiale au Kasaï oriental. Ces derniers viennent ainsi se renseigner sur les acquis des projets de la même nature déjà menés par d’autres structures telles le Projet PRISE.

Grâce à une gestion orthodoxe du Coordonnateur, L’ingénieur civil et hydraulicien, spécialiste en eau potable et assainissement Déo Nsunzu, le Projet PRISE  a atteint la vitesse de croisière et jamais, des mémoires des Kasaïens, aucun Projet n’a fait un travail excellente qui ouvre aujourd’hui, l’espace Grand Kasaï au monde comme le Projet PRISE

CategoryActualités

Copyright © 2021 - Projet PRISE - Ministère du Développement Rural

Contacts+243 81 707 31 12